Tabac : prend-on réellement du poids quand on arrête ?

Tabac : prend-on réellement du poids quand on arrête ?

Arrêter de fumer est une bonne décision lorsqu’on souhaite diminuer les risques d’avoir un problème de santé. La période de sevrage est toujours appréhendée par les fumeurs. D’abord, parce que le manque est difficile à gérer et qu’il cause du stress et de l’anxiété. Ensuite, parce qu’il est régulièrement admis que l’arrêt du tabac fait grossir. Nous allons donc nous intéresser à la question de la prise de poids durant le sevrage tabagique, afin de démêler le vrai du faux et de vous donner les bons conseils pour l’éviter.

Est-il vrai que la cigarette a un effet coupe-faim ?

De nombreux fumeurs diront que la cigarette leur coupe l’appétit, ce que confirme le Docteur WIRTH spécialiste en addictologie du CHR de Nancy. Ce phénomène est dû à deux choses. Premièrement, à la présence de nicotine dans la cigarette. En effet, celle-ci a un effet anorexigène. Deuxièmement, parce que la fumée de cigarette atténue le gout et l’odorat, et qu’elle diminue de facto la sensation de plaisir que l’on ressent lorsque l’on mange.

L’arrêt du tabac, fait-il systématiquement grossir ?

Parmi les différents symptômes du sevrage tabagique, on trouve la prise de poids. La plupart des professionnels de santé s’accordent à dire que l’on prend généralement 4 à 5 kg durant l’année suivant l’arrêt du tabac. Cependant, elle n’est pas systématique chez toutes les personnes qui arrêtent de fumer, à condition d’adopter les bons comportements et de s’appuyer sur les bonnes technologies amincissantes à l’instar de Bodysculptor.

Pourquoi a-t-on des fringales en arrêtant de fumer ? 

Si l’on a tendance à prendre du poids quand on arrête de fumer, c’est à cause de la sensation de manque. Or cette sensation de manque se manifeste de deux manières. 

  • Le manque de nicotine : C’est une sensation de manque physique due au fait que la nicotine est une substance addictive. Lorsqu’on arrête de fumer, il arrive que le corps reporte cette sensation de manque sur un besoin de nourriture par compensation. 
  • L’habitude du geste : Le fait de porter la cigarette à la bouche et d’aspirer la fumée crée progressivement une habitude qu’il va falloir compenser au moment de l’arrêt du tabac. Là où le manque physique de nicotine disparait relativement vite, l’habitude du geste peut être plus difficile à perdre. De ce fait, nous avons tendance à reporter ce manque par un geste similaire qu’est celui de porter de la nourriture à notre bouche.

Enfin, nous savons tous que la cigarette a un effet excitant, ce qui explique que nous nous reportons davantage sur des aliments sucrés, responsables d’une importante prise de poids. 

A lire aussi : Addiction au tabac : l’hypnose peut-elle réellement permettre d’en finir 

Comment éviter la prise de poids quand on arrête de fumer ?

Pour éviter la prise de poids durant le sevrage tabagique, il faut agir aussi bien sur le manque physique que sur le manque psychologique. Voici quelques conseils pour vous aider.

Bénéficier d’un accompagnement médical

En effet, votre médecin pourra vous donner des conseils judicieux et vous prescrire des substituts à la nicotine. Ces substituts vous aideront à lutter contre le manque de nicotine et contre les fringales dans un premier temps. Aujourd’hui, de nombreuses mutuelles prennent en charge les actes destinés à l’arrêt du tabac, et vont jusqu’à rembourser des actes de médecine douce comme l’acupuncture

Soyez soutenu(e) par votre entourage

Vous ne pourrez certainement pas vous couper définitivement des fumeurs de votre entourage. Cependant, fuyez les personnes qui seront susceptibles de vous inciter à fumer, ou qui ne prendront pas la précaution d’essayer de ne pas fumer devant vous durant votre période de sevrage. 

Reprenez une activité physique

Il est prouvé d’un point de vue médical que l’activité physique booste les hormones du plaisir. 72 heures après avoir arrêté de fumer, la plupart des gens trouvent que respirer devient plus facile. En quelques semaines seulement, on retrouve un meilleur souffle et on améliore progressivement sa condition physique.

Améliorer votre alimentation

Bénéficier de conseils en diététique permet de retrouver une alimentation plus saine, ce qui peut beaucoup aider au moment du sevrage tabagique. N’hésitez pas à consulter un ou une professionnel(le), sachant que cet accompagnement peut faire l’objet d’une prise en charge par votre mutuelle.

Utilisez les bons coupe-faim

Pour éviter la sensation de fringale, il existe des coupe-faim naturels que l’on trouve en parapharmacie. Néanmoins, les plus efficaces restent l’eau ou les infusions citronnées, qui auront en plus un effet détox.

Occupez-vous l’esprit

Certains anciens fumeurs décrivent parfois une sensation de « tourner en rond ». Avoir des activités culturelles peut aussi contribuer à occuper l’esprit pendant le sevrage tabagique. Profitez de votre temps libre pour visiter des musées, découvrir des lieux, voir de beaux paysages ou participer à des ateliers éducatifs.

A lire aussi : Laser anti-tabac : Dites adieu à la cigarette en toute sérénité

Félicitez-vous avec vos économies

Le tabac coûte très cher et vous allez faire des économies considérables en arrêtant de fumer. Pourquoi ne pas mettre ces économies de côté dans un premier temps et vous offrir quelque chose pour récompenser vos efforts : une séance de massage, un week-end pour découvrir une grande ville, un bijou, ou une croisière selon le temps d’économie. Cette technique permet de mesurer un autre bienfait de l’arrêt du tabac avec une expérience positive. 

En somme, la prise de poids lors de l’arrêt du tabac n’est pas une fatalité et peut être évitée avec des stratégies appropriées. Arrêter de fumer est une démarche bénéfique pour la santé globale, mais elle s’accompagne souvent de défis comme le sevrage et la gestion des fringales. En comprenant les mécanismes derrière la prise de poids et en adoptant des mesures pour y faire face, il est possible de réussir son sevrage sans ajouter de kilos superflus.

Clara Leclerc

Je suis Clara Leclerc. En plein cœur de la Provence, je m'adonne à la découverte des propriétés médicinales des plantes méditerranéennes. La poterie, pour moi, n'est pas qu'un art mais une manière de se connecter à la terre, source de tant de nos remèdes. Je vous partage ici mes astuces pour une santé florissante grâce à la richesse de notre environnement.