Tout savoir sur les varices pelviennes

Tout savoir sur les varices pelviennes

La douleur pelvienne est une douleur dans le bas du torse, sous l’abdomen et entre les os du bassin. Elle ne comprend pas les douleurs chroniques (douleurs pelviennes durant plus de 6 mois). La douleur est causée par une accumulation de sang dans les veines du pelvis, qui deviennent dilatées et tortueuses (appelées varices pelviennes). Les symptômes douloureux qui en résultent conduisent parfois à l’invalidité. Les œstrogènes peuvent contribuer à l’apparition de varices. De nombreuses femmes en âge de procréer ont des varices pelviennes, mais toutes ne présentent pas de symptômes. 

Définition : qu’est-ce qu’une varice pelvienne ?

Les varices peuvent apparaître dans toutes les parties du corps humain qui ont des veines. Cependant, 95% des cas de varices se produisent dans les membres inférieurs. Elles correspondent à une dilatation anormale des veines situées à la surface des membres inférieurs. Elles surviennent souvent dans le cadre d’une affection appelée insuffisance veineuse chronique. Lorsqu’elles se produisent dans la partie inférieure de l’abdomen (pelvis), on parle de varices pelviennes. Les varices pelviennes peuvent entraîner des douleurs à long terme (chroniques), que l’on appelle syndrome de congestion pelvienne.

Les varices pelviennes se développent dans le bassin (contenant la vessie, le vagin, l’utérus et les ovaires chez la femme). Elles sont le plus souvent associées à une pression dans les veines des ovaires et de l’utérus. Certains types de varices pelviennes sont asymptomatiques et sans conséquence, tandis que d’autres provoquent des signes cliniques, surtout chez les femmes de moins de 40 ans, après une deuxième grossesse. L’échographie et l’IRM confirment le diagnostic. Les méthodes de traitement comprennent l’embolisation et la sclérothérapie.

Qu’est-ce que le syndrome de congestion pelvienne ?

Le syndrome de congestion pelvienne est un reflux de la veine ovarienne. Il provoque des douleurs pelviennes chroniques chez environ 13 à 40 % des femmes. La douleur pelvienne chronique est une douleur dans le bas de l’abdomen qui persiste pendant plus de 6 mois. Ainsi, le syndrome de congestion pelvienne est un état douloureux souvent causé par des veines ovariennes ou pelviennes dilatées (un peu comme les varices, mais dans le bassin). 

Les varices pelviennes se manifestent généralement sur les jambes lorsque les veines deviennent moins élastiques et que les valves qui empêchent le sang de refluer cessent de fonctionner. Le sang s’accumule par gravité, ce qui entraîne la dilatation et le gonflement des veines. La même chose se produit pour les veines pelviennes dans le syndrome de congestion pelvienne. Cette pression provoque des douleurs et peut également entraîner des varices autour de la vulve, de l’intérieur des cuisses, du vagin, parfois des jambes.

Quelles sont les causes des varices pelviennes ?

Les varices pelviennes touchent le plus souvent les femmes en âge de procréer ou qui ont déjà été enceintes du fait des effets hormonaux. La cause de l’élargissement des veines ovariennes ou pelviennes n’est pas bien comprise. Elle survient le plus souvent chez les jeunes femmes et généralement chez celles qui ont eu au moins deux ou trois enfants. Pendant la grossesse, la veine ovarienne peut être comprimée en raison de l’augmentation du volume de l’utérus ou de l’augmentation du flux sanguin. 

Les experts pensent que cela affecte les valves des veines, les empêchant de fonctionner et provoquant un reflux du sang, ce qui contribue à l’augmentation des varices pelviennes. D’autres causes peuvent entraîner une obstruction des veines ovariennes et pelviennes conduisant aux varices pelviennes, qui sont moins fréquentes et qui sont une conséquence de l’obstruction veineuse. Les cas de varices pelviennes peuvent également être associés à la maladie des ovaires polykystiques. L’absence de valves veineuses provoquée par un développement anormal peut contribuer. Le sang stagne et circule même en sens inverse, les veines s’élargissent et deviennent tortueuses. Ces changements sont irréversibles.

Quels sont les symptômes des varices pelviennes ?

Le syndrome de congestion pelvienne ou varices pelviennes est une conséquence de la gravité ou de la douleur dans la région pelvienne, durant plus de 6 mois (souvent plusieurs années), non reconnue et invalidante. Il s’agit souvent d’une douleur sourde et lancinante, parfois plus intense en fin de journée ou lors d’une station debout ou assise prolongée, qui diminue en position couchée. 

Les veines sont également affectées par le cycle menstruel, de sorte que la douleur peut augmenter pendant la période menstruelle. La douleur se situe généralement d’un côté, mais peut toucher les deux côtés. Elle peut augmenter pendant ou après un rapport sexuel.

Des dysménorrhées peuvent survenir, ainsi que des douleurs dorsales, des pertes vaginales, des ballonnements abdominaux, de la fatigue, une dépression et des troubles de l’humeur. Les varices pelviennes entourent l’ovaire et peuvent également déborder sur la vessie et le rectum. Cela peut provoquer les symptômes suivants :

  • Aggravation de l’incontinence urinaire d’effort et des troubles urinaires tels que la pollakiurie
  • Accroissement des symptômes associés au syndrome du côlon irritable.

Les varices pelviennes peuvent s’étendre à la vulve, entraînant des varices de la vulve avec une excitation génitale intermittente. Elles peuvent aussi s’étendre aux cuisses, ce qui explique les douleurs au niveau de la hanche, la lourdeur des jambes et même les varices récurrentes dans les membres inférieurs.

Cependant, toutes les femmes souffrant de reflux veineux pelvien ne présentent pas de symptômes. Beaucoup ne les développent qu’après la grossesse. En effet, pendant la grossesse, les veines peuvent devenir encore plus dilatées en raison de la compression exercée sur l’utérus. Cela entraîne la formation de varices dans le vagin. Celles-ci peuvent diminuer après la grossesse, mais elles peuvent aussi s’aggraver avec le temps.

Quels sont les signes cliniques évocateurs ?

La congestion sanguine dans les varices provoque trois grands types de signes cliniques. Le syndrome de congestion pelvienne, qui se traduit toujours par une douleur pelvienne chronique, d’intensité variable, mais parfois très invalidante. La douleur peut être diffuse ou localisée, augmentant avec la position debout prolongée, en fin de journée et pendant la semaine précédant les règles. Le syndrome est souvent associé à des menstruations douloureuses et à des douleurs pendant ou après un rapport sexuel. Non diagnostiqués, ces troubles entraînent anxiété, dépression, problèmes relationnels et « frigidité ».

10% des varices des membres inférieurs ont une origine pelvienne. Dans ce cas, il est recommandé de traiter les varices des membres inférieurs après le traitement des varices pelviennes pour éviter les récidives. La névralgie, une pathologie rare provoquant des douleurs intenses, dont la cause méconnue amène est aussi un signe clinique évocateur. 

Le diagnostic est établi par l’interrogatoire et l’examen clinique, ce qui amène le spécialiste à demander une échographie du bassin et du périnée, ainsi qu’une IRM pelvienne. La présence de varices pelviennes symptomatiques doit conduire à une phlébographie pelvienne, un examen indolore qui ne nécessite pas une hospitalisation. C’est le seul examen qui permet de réaliser une carte pelvienne, sur la base de laquelle des décisions concernant la suite des opérations peuvent être prises.

Comment traiter les varices pelviennes ?

La médroxyprogestérone est généralement utilisée pour soulager la douleur. C’est un progestatif (une forme synthétique de l’hormone féminine progestérone). Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou les agonistes de l’hormone de libération des gonadotrophines comme le leuprolide et la nafaréline, peuvent également soulager la douleur.

Au cas où ces médicaments sont inefficaces, le médecin va essayer de bloquer le flux sanguin vers les varices pelviennes et empêcher le sang de s’y accumuler. Il existe actuellement deux procédures : la sclérothérapie et l’embolisation

La sclérothérapie 

Le médecin insère un cathéter et y injecte une solution pour atteindre vos varices pelviennes. Cette solution bloque les veines. Lorsque le sang ne circule plus dans les varices du pelvis, la douleur s’atténue généralement.

L’embolisation

L’embolisation des varices pelviennes empêche la stagnation du sang dans le bas-ventre en bloquant les varices pelviennes et en permettant au sang d’être redirigé vers les veines normales. Il s’agit d’un traitement non invasif qui est effectué en ambulatoire.

Tout d’abord, un radiologue interventionnel insère un cathéter, généralement dans une veine de l’aine. Cela se fait par une légère incision dans la peau. Un anesthésique local est utilisé pour anesthésier la peau avant l’incision. Vous pouvez ressentir une légère pression lors de l’insertion du cathéter, mais sans grande douleur. 

Le cathéter est guidé dans la ou les veines ovariennes ou pelviennes pour voir s’il y a une anomalie à l’aide d’un guide de navigation et d’un agent de contraste qui permet de voir les vaisseaux sanguins. Vous pouvez ressentir une chaleur lorsque le produit de contraste est injecté dans les veines et passe dans votre corps.

Cela se produit lorsque la veine est bloquée par une matière synthétique ou un médicament appelé agent embolique. Il est acheminé vers le site de traitement par un cathéter. Le cathéter doit être placé dans la position exacte. Cela permet de délivrer le matériel embolique uniquement dans les vaisseaux anormaux pour que l’embolisation soit réussie et n’endommage pas les tissus normaux. Toutefois, il arrive souvent que la procédure ne soit pas techniquement possible et que le cathéter ne puisse pas être positionné correctement.

Dans ce cas, une approche différente peut s’avérer nécessaire. Par exemple, si une incision est pratiquée dans l’aine, une autre incision dans le cou peut être nécessaire pour aborder la veine depuis une position différente.

Enfin, le cathéter est retiré et une pression est appliquée sur le site de l’incision pendant quelques minutes pour arrêter le saignement. L’incision est minime et aucun point de suture n’est nécessaire. Un simple pansement est appliqué.

Comment se déroule la prise en charge ?

Il est difficile de diagnostiquer le syndrome de congestion pelvienne associé aux varices pelviennes. Vous devez avoir bénéficié d’une consultation gynécologique, d’un examen clinique et d’un examen complet pour éliminer toute autre cause de douleur pelvienne.

Vous devez avoir subi une échographie Doppler pour documenter les varices, ainsi qu’un scanner ou une IRM pour les cartographier. Ces éléments déjà à votre disposition, vous pouvez consulter un radiologue interventionnel expert. Vous pouvez aussi le contacter si vous avez des questions spécifiques.

La dernière étape avant le traitement est la phlébographie diagnostique. Elle est réalisée sous anesthésie locale par une ponction brachiale ou fémorale. Elle complète la cartographie par la documentation dynamique de l’insuffisance veineuse nécessaire à la planification de l’embolisation. Cette dernière a lieu lors d’une seconde séance dans les mêmes conditions.

Le déroulement du traitement d’embolisation

L’hospitalisation ambulatoire (soins de jour) ne dépasse pas 6 heures consécutives. Le patient arrive à la structure médicale tôt le matin à l’unité de soins de jour pour une brève préparation à la chirurgie (identification, procédures administratives, perfusion, etc.) Il est opéré dans la journée avant 14h. Il reste ensuite dans le service de l’hôpital pendant plusieurs heures pour surveiller le processus d’embolisation (1h30 min à 3h selon la méthode). Ce n’est qu’après ça qu’il pourra rentrer chez lui, dans l’après-midi avec une ordonnance spéciale pour les médicaments nécessaires à un rétablissement confortable et tous les autres documents pour le suivi.

Conclusion

Les varices pelviennes sont une hypertrophie des veines des organes génitaux (utérus, ovaires) qui se développent à partir de veines drainant d’autres organes pelviens ou la paroi pelvienne. Il existe deux formes de varices pelviennes. La première, qui est asymptomatique, n’a pas de conséquence et ne nécessite pas de traitement. La seconde est responsable des signes cliniques, qui apparaissent plus souvent après la deuxième grossesse chez des femmes de moins de 40 ans.

 

 

Articles Similaires

Pourquoi faut-il avoir une trousse de secours dans une salle de fitness ?

Pourquoi faut-il avoir une trousse de secours dans une salle de fitness ?

Pourquoi porter des semelles orthopédiques sur mesure ?

Pourquoi porter des semelles orthopédiques sur mesure ?

Pourquoi faire le choix d’une assurance en ligne ?

Pourquoi faire le choix d’une assurance en ligne ?

Comment se préparer pour un bilan de santé ?

Comment se préparer pour un bilan de santé ?

Articles les plus lus