Comment traiter efficacement l’épidermolyse bulleuse ?

Comment traiter efficacement l’épidermolyse bulleuse ?

La peau est un organe qui recouvre l’intégralité de l’organisme afin de le protéger. Toutefois, cette dernière n’est pas infaillible et peut être affectée par des désagréments importants. C’est le cas de l’épidermolyse bulleuse, une maladie génétique qui se caractérise par des bulles sur le derme. Comment traiter mal ? Découvrez dans cet article comment traiter l’épidermolyse.  

Traitement contre l’épidermolyse bulleuse

L’epidermolyse bulleuse est une maladie rare et complexe qui se caractérise par une fragilité extrême de la peau. Au moindre fortement, le derme forme des bulles qui ne cicatrisent jamais et qui se transforment en plaies très douloureuses. Malheureusement, il n’existe pas de traitement curatif pour traiter ce mal à ce jour. Néanmoins, il est possible de soulager le patient afin d’éviter tout risque d’aggravation.

Soigner et protéger les plaies

La première solution pour traiter cette maladie génétique consiste à soigner quotidiennement les plaies du patient. Cela dit, si vous êtes atteint de cette maladie, il vous faut inspecter chaque blessure afin de vous assurer qu’aucune infection ne survienne. Ensuite, vous devez les protéger avec des pansements non adhésifs. En effet, ces derniers vous permettront d’améliorer la cicatrisation et de diminuer les douleurs par frottements.

Surtout, veillez à ce que le pansement ne soit pas trop serré afin de permettre la cicatrisation. De plus, les bandages doivent être changés tous les deux jours. Par ailleurs, si les plaies sont déjà infectées, le praticien peut vous administrer des médicaments. Ces derniers sont prescrits en fonction de la douleur et de l’infection dont le malade est atteint.

Recourir à la climatisation

L’autre astuce pour traiter l’épidermolyse bulleuse est d’éviter les frottements et les traumatismes de la peau et des muqueuses. En cas de fortes chaleurs, il est conseillé de faire recours à la climatisation. Cela permet d’éviter la formation et la prolifération de nouvelles bulles sur la peau.

Quelques conseils

L’évolution de l’épidermolyse bulleuse varie d’un patient à un autre. De même, elle se présente sous différentes formes. Il est donc nécessaire de consulter régulièrement le médecin le plus proche pour bénéficier d’un suivi. En plus de cela, vous pouvez adopter quelques méthodes afin de limiter les conséquences de cette maladie :

  • Préconiser des vêtements en coton ;
  • Opter pour une literie, des serviettes et des draps souples ;
  • Évitez de coller quoi que ce soit sur les plaies, etc.

Tout ceci vous permettra d’accélérer le processus de guérison. Par ailleurs, vous pouvez visiter ce site ou ce lien pour savoir davantage sur cette forme de maladie.

Les différents types d’épidermolyse bulleuse

Il existe en général 4 types d’épidermolyse bulleuse à savoir :

L’épidermolyse bulleuse simple

L’épidermolyse bulleuse simple est la première phase de la maladie. Ici, les bulles formées sur le derme guérissent facilement sans laisser de marques. Une autre forme de ce type d’épidermolyse provoque des bulles sur les plantes de pieds et les paumes alors qu’une autre forme sévère  provoque des bulles sur le tronc, le cou, les bras ou encore la bouche.

L’épidermolyse bulleuse jonctionnelle

Pour ce qui est de l’épidermolyse bulleuse jonctionnelle, le sous-type léger atteint les genoux, les pieds, les coudes et les mains. Quant au sous-type grave, il atteint les voies gastro-intestinales, respiratoires et génito-urinaires. On note également la présence des plaques rouges et humides autour de la bouche des individus atteints de cette maladie.

L’épidermolyse bulleuse dystrophique

L’épidermolyse bulleuse dystrophique laisse des cicatrices qui provoquent souvent des complications. Pour cette forme, le sous-type léger atteint les coudes, les pieds et les genoux. Il provoque également une anomalie des ongles. En ce qui concerne le sous-type grave, celui-ci provoque des bulles dans la bouche et sur toute la surface de la peau.

Le syndrome de Kindler

Le syndrome de Kindler ne possède pas de sous-type. Toutefois, il se distingue des trois autres formes de maladie par sa photosensibilité. Il est souvent responsable des lésions cutanées répétées entrainant une peau fine et ridée.

Articles Similaires

Tout savoir sur le métier d’infirmier et d’infirmière dans la Fonction publique hospitalière

Tout savoir sur le métier d’infirmier et d’infirmière dans la Fonction publique hospitalière

Pourquoi choisir l’hypnothérapie ?

Pourquoi choisir l’hypnothérapie ?

Les thérapies alternatives utiles pour vaincre les addictions

Les thérapies alternatives utiles pour vaincre les addictions

Explorer la Naturopathie: Découvrez les MOOC disponibles en Naturopathie

Explorer la Naturopathie: Découvrez les MOOC disponibles en Naturopathie